HomeC'est chaudPlus forts ensemble
Bilan DPJ

Plus forts ensemble

L’année 2019-2020 a amené son lot de défis aux Directrices et Directeurs de la Protection de la Jeunesse du Québec. Confrontés, en fin d’année, à l’amorce de la pandémie de la Covid-19, les Directions de protection de la jeunesse ainsi que leurs équipes ont dû rapidement adapter leur offre de services et leurs pratiques pour continuer de répondre aux besoins des enfants, des jeunes et de leur famille.

Hausse des signalements, drames familiaux, Commission spéciale sur les droits des enfants et la protection de la jeunesse, la dernière année aura été charnière dans l’histoire de la protection de la jeunesse au Québec.

« Plus forts ensemble! », est le thème choisi pour ce 17e bilan qui veut mettre en lumière l’importance du travail en partenariat et rendre hommage à ses artisans. Qu’il s’agisse du soutien apporté par la voisine, par l’enseignante à l’écoute attentive ou par les intervenants et organismes d’horizons variés, chaque action bienveillante compte et s’additionne aux autres pour tisser le filet de protection sociale essentiel au bien-être des enfants.

La volonté d’assurer une réponse sensible et de qualité aux besoins des enfants et de leur famille incite tous les jours de nombreuses personnes et autant d’organismes à travailler en étroite collaboration. Les Directions de protection de la jeunesse partagent cette volonté, convaincues qu’une action concertée, novatrice et portée par des valeurs et une vision commune ne peut que nous rendre plus forts collectivement dans la réalisation de notre mission de protection des enfants.

Statistiques pour la région de l’Outaouais en 2019-2020
  • 6 896 signalements traités en Outaouais, il s’agit d’une hausse de 5,3 %
  • 2 639 signalements ont été retenus
  • 19 situations d’enfants signalées par jour, soit 1 de plus que l’an dernier
  • 62,4 % des enfants dont la situation est prise en charge par le DPJ sont demeurés dans leur milieu familial ou chez un tiers significatif
  • 552 adolescents ont reçu des services dans le cadre de la Loi sur le système de justice pénale pour les adolescents, ce qui représente une diminution de 9 %.

Share With: